Olloweb photographie

CONSULTATION
SUR RENDEZ-VOUS

L AU V 08/20H- SAMEDI 08/12H
(+33) 1 45 41 97 17
NUMÉRO NON SURTAXÉ

Deprivation sensorielle

Deprivation sensorielle

Deprivation sensorielle et hypnothérapie

La deprivation sensorielle

Parmi les chemins qui permettent de produire un état hypnotique efficacement: la deprivation sensorielle

Nombreuses sont les théories qui permettent d'expliquer les schémas conducteurs qui mènent vers un état modifié de conscience et parmi les plus connues nous rencontrons la deprivation sensorielle.

Pour préserver notre survie, l'organisme est constamment en alerte et réagit rapidement aux stimulus extérieurs cherchant à capter continuellement les variations nouvelles et "oubliant" les stimulus sensoriels déjà perçus.

Cette théorie pourrait expliquer pourquoi au terme de quelques minutes nous ne ressentons plus le contact d'une montre au poignet, pourquoi passé un certain temps nous ne ressentons plus le contact d'un chapeau posé sur notre tête, dans quelle mesure nous ne percevons plus les tics et les tacs d'une horloge, ou comment il nous est possible de chercher les lunettes et nous apercevoir plus tard que nous les avons toujours posées sur le nez.

Comme nous venons de le voir, dans une dynamique de survie et de protection (pour percevoir les variations nouvelles et ainsi éviter tout éventuel danger), l'organisme cherche continuellement de nouveaux stimulus sensoriels et laisse de percevoir ceux existants. Privé de stimulus l'organisme se met à créer, l'imagination s'active, l'activité intérieure devient intense.

Dans une séance d'hypnose le thérapeute demande au patient de réduire son champ de perception, les yeux restent fixés dans une direction ou alors les paupières se ferment, l'attention est focalisée et l'activité intérieure accroit considérablement.

Un phénomène similaire arrive quand nous sommes enfermés dans un caisson d'isolation flottant dans du sulfate de magnésium maintenu à 37° (la température du corps). Dans ce cas de figure (grâce à l'absence de gravité), l'organisme ré-dirige l'énergie qui était utilisée à lutter contre l'effet de gravité pour chercher des stimulus nouveaux. En absence des mêmes il se met à créer.

Ceci pourrait expliquer les états atteints lors de certains rites religieux (vaudou, santons, exorcismes) et dans certaines inductions de l'hypnose classique. Le sujet se déconnecte de la réalité, son esprit est désorienté par des sollicitations répétées (bruits du tambour, suggestions directes redondantes, incantations régulières) laissant l'occasion à l'imaginaire magique-religieux de créer des stimulus non existants.

Toujours dans un soucis d'information, recordons que dans les années 1950 la CIA utilisa les travaux du neuro-psychologue Américain Donald HEBB, pour mettre au point une méthode de torture psychologique qui est toujours d'actualité (voir camp de GUANTANAMO - LA PRIVATION SENSORIELLE)

Cette méthode psychologiquement non violente consiste à réduire les perceptions sensorielles du sujet au maximum et le placer dans une pièce étroite. Les effets constatés au bout d'un certain temps sont des hallucinations, une régression mentale et un chaos existentiel et spirituel important.